Apple à la limite de la légalité !

Alors que ses applications pour iPhone et iPod continuent de fleurir et de faire fureur auprès des utilisateurs, Apple se voit depuis quelques jours au centre d’une polémique. Après avoir validé l’exploitation d’applications facilitant le partage illégal de titres, il semblerait que le fleuron de l’informatique se soit quelque peu sali les mains…

Apple propose depuis quelques jours deux applications pour iPhone et iPad : Music Forest et Music Downloader, toutes deux gratuites (ou presque) et permettant le téléchargement de morceaux de musique via des plateformes de partage illégales. Ces applications sont attrayantes : elles permettent la récupération gratuite de titres musicaux et des paroles des chansons, et aussi le transfert de ces fichiers directement sur les supports Apple (Mac ou iTunes). Mais on s’aperçoit vite de leurs lacunes !

Si elles représentent un attrait pécuniaire, ces applications laissent quand même aux utilisateurs une impression de « pas finies » : la recherche et le classement des morceaux dans l’application sont peu travaillés et complexes à l’utilisation, et la qualité d’écoute des morceaux semblent très limitée. Ainsi, en plus de leur statut d’intermédiaire de téléchargement via des plateformes de partage, leur construction semble réellement indiqué l’illégalité des applications. Le pire est qu’il ne s’en cache pas : par exemple, la promotion de Music Downloader dans l’iStore présente des captures d’écran de l’application utilisant RapidShare.

Avec le lancement de ces deux applications, Apple réussit donc à ternir son image de leader informatique et de prestige qui lui a valu son succès. La question reste en suspens : pourquoi la société a-t-elle permis leur mise en service ? Est-ce dû au laxisme des responsables de validation des applications ou à une erreur de leur part ? Ou est-ce au contraire un signe annonciateur d’un ralentissement de la compagnie dans ses innovations ? Comment une compagnie dont le pouvoir de négociation est presque illimité peut-elle proposer des services proches de l’illégalité ? Pour ma part, je pense que la compagnie a simplement choisi la simplicité, à savoir réjouir les développeurs et les utilisateurs, faute de meilleures propositions et de nouveaux services disponibles.

Mais, avec l’arrivée d’une nouvelle polémique, une chose reste à savoir : la pomme deviendrait-elle nocive pour la musique ?


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :